histoires

Bolivie – Depuis la plaine

La Bolivie est le pays le plus latino-américain du monde. Il souffre de la malédiction des richesses naturelles, avec ses énormes ressources en minéraux et gaz et le taux de pauvreté le plus haut du continent. Depuis plusieurs siècles, le pays est sous la coupe réglée des entreprises étrangères auxquelles répond, cependant une opiniâtre résistance indigène. Cette situation est bien illustrée par la contradiction entre la population, constituée à hauteur de 85% par les Aymaras et les Quechuas, et son ancien président parlant à peine l’espagnol avec un très fort accent nord-américain tel un manager de multinationale. Ce président, Sanchez de Losada, rebaptisé «El Gringo» ou «Goni», a démissioné sous la pression des révoltes sociales. Nous avons suivi ces luttes, avec nos appareils photos et à notre manière, en nous focalisant sur les visages d’inconnus qui ont participé à ce changement radical culminant par l’accession au pouvoir de Evo Morales, premier chef d’Etat amérindien en cinq siècles. Ce sont des visages parmi les millions de personnes silencieuses qui ont participé à la transformation du pays, durant laquelle des centaines de personnes, cultivateurs de coca, paysans et mineurs, ont perdu la vie.

PON0421914.jpg

Wel Come en Bolivie. Mineurs d’une coopérative de Potosi.

PON0421914.jpg
PON0421915.jpg

Un gazoduc ou pipeline traverse la jungle du Chapare.

PON0421915.jpg
PON0421916.jpg

Un bus transportant des feuilles de coca attend l’autorisation de passer devant un checkpoint policier à la limite de la province du Chapare.

PON0421916.jpg
PON0421923.jpg

Au lendemain de la démission de Sanchez de Losada, Evo Morales traverse les barrages désertés par les manifestants.

PON0421923.jpg
PON0421918.jpg

Un manifestant Aymara face à la police à Tiwanaku.

PON0421918.jpg
PON0418992.jpg

Les fusils Mauser ont été obtenu durant la réforme agraire de 1952. Ils affirment que ces armes sont disponibles pour la guerre. La municipalité de Achacachi voudrait que le tir soit reconnu comme un sport afin de préparer les troupes à l’affrontement social.

PON0418992.jpg
PON0422015.jpg

Blocage de route près de la ville de Tarija le 17 octobre 2003, la veille de la démision du president Sanchez de Losada pendant la «guerre du gaz».

PON0422015.jpg
PON0422014.jpg

Feuille de Coca dans le département du Chapare, «Tropique de Cochabamba». Pour les paysans qui la cultivent, la plante de Coca n’a rien à voir avec la Cocaïne, elle est sacrée et les accompagne au quotidien : ils la mâchent depuis la nuit des temps.

PON0422014.jpg
PON0421920.jpg

Mineurs avant de rentrer dans la mine de Potosi.

PON0421920.jpg
PON0422016.jpg

Les Mines d'Huanuni

PON0422016.jpg
PON0421921.jpg

Blocage de route entre Tarija et Cochabamba la veille de la démission de Sanchez de Losada durant la guerre du gaz.

PON0421921.jpg
PON0421922.jpg

Meeting politique le lendemain de la démission de Sanchez de Losada, remplacé par Carlos Mesa. A Cochabamba, des militants se réunissent, au milieu se trouve un certain Evo Morales, leader du syndicat des producteurs de feuilles de coca.

PON0421922.jpg
PON0422017.jpg

Vue de la ville de La Paz depuis un bus qui monte jusqu’à «el Alto», en périphérie de la capitale bolivienne.

PON0422017.jpg
PON0418989.jpg

Ponchos Rojos d’Achacachi. Un homme attend d’être reçu par le maire de la ville.

PON0418989.jpg
PON0421926.jpg

Un paysan porte ses biens dans un aguayo à La Paz. La «Guerre du Gaz», déclenchée par la décision du gouvernement d’exporter le gaz bolivien aux Etats-Unis via les ports chiliens, s’est traduite par de nombreux blocages de routes.... (+)

PON0421926.jpg
PON0422013.jpg

Des militants du MAS, avec Evo Morales, au lendemain de la fuite de Sanchez de Losada.

PON0422013.jpg
PON0421928.jpg

Cérémonie d’investiture du président Evo Morales à Tiwanaku.

PON0421928.jpg
PON0421930.jpg

La Paz de nuit

PON0421930.jpg