sujets d'actualités

Eau noire

Miguel Angel se réveille en sursaut en plein milieu de la nuit. Bizarre: il se souvient s'être couché tôt et plutôt content. Il est inquiet même s'il ne s'en rend pas encore tout à fait compte; son corps encore endormi se meut instinctivement: il étire  son bras pour attraper les clopes qu'il laisse toujours par terre à côté de ses chaussures, mais se submerge jusqu'au coude.

Claudia sentait que quelque chose allait se passer: c'est pour cette raison qu'elle a put sauver quelques objets, les plus importants: les papiers d'identité, les documents importants, les économies, les meilleurs souliers et ce manteau de fourrure dont elle ne se souvient plus quand elle a utilisé pour la dernière fois. Elle a déposé tout ce qu'elle a put au dessus du placard provençal de trois portes que l'eau n'a pas reussis à bouger.

Irma n'est pas du genre à dormir beaucoup. Elle n'a jamais trop aimé la pluie non plus. Elle était donc levée quand l'eau a commencé à rentrer par dessous la porte, à se glisser partout, à déborder les bouches d'égouts, à grimper aux murs lentement comme un animal gigantesque. Elle s'est hissée sur un tabouret pour attraper un peu de cet air qui lui échappait quand l'eau noire et froide lui éclaboussait le visage, quand il n'y avait plus de lumière et qu'elle ne savait pas si le soleil sortirait à nouveau.

Chicho sait qu'il n'est pas le seul, que beaucoup d'autres ont souffert de cette catastrophe et il ne veut pas faire de la sienne une histoire de héros; il dit que les héros choisissent leurs combats et que lui, il a seulement sorti des maisons voisines quelques personnes âgées trempées et grelottant d'hypothermie; parce que s'il les laissait mourir, ils le poursuivraient pour toujours. Il dit aussi que les héros n'ont pas peur et peuvent foncer tout seul et que lui aurait préféré qu'un bateau pneumatique de l'armée ou de ce joueur de foot, “la brujita Verón”, vienne à son secours; mais ni l'Etat ni Dieu étaient là pour lui filer un coup de main.

Cecilia ne peut atteindre sa maison. Elle essaye mais la 520 n'est plus une rue sinon un fleuve frénétique, un Maelstrom affamé qui dévore tout le quartier. D'autres à ses côtés – voisins peut être, elle ne les reconnait pas -contemplent le désastre et doutent; la pluie continue, un homme murmure quelque chose à propos de sa mère et se perd dans l'obscurité avançant avec l'eau jusqu'au torse. Elle trouvera refuge chez des inconnus, elle se couchera exténuée dans le lit d'une petite fille qu'elle ne verra pas, agrippée à son portable qui l'informe de l'inondation de l'hôpital Espagnol, l'incendie d'une raffinerie de pétrole d'YPF, des débordements des ruisseaux... elle se couchera à attendre la fin du monde.

 

Entre la nuit du 2 et la matinée du 3 avril; prés de 400 mm de pluie sont tombés sur la ville de La Plata, située à 60 kilomètres au sud-ouest de Buenos Aires. Le manque de travaux hydrauliques et l'inexistant plan urbanistique ont fait déborder les égouts et les canaux qui dirigent les eaux vers le Rio de La Plata, le fleuve “El Gato” et le Maldonado transformant les rues en rivières furieuses, engloutissant les voitures, attrapant conducteurs et passagers, entrainant les piétons. Beaucoup d'habitants ont put se réfugier dans les étages supérieurs ou sur les toits des maisons à attendre l'aide qui a mit plus de 10 heures à arriver. Il y a 55 mort officiellement reconnus et 3500 évacuées. Beaucoup d'autres qui ne figurent pas sur les listes. 25 pour cent de la population de La Plata, capitale de la province de Buenos Aires, a été touchée par cette inondation historique.

MOG0459836.jpg

Les grandes pluies ont débordé les ruisseaux qui traversent la ville de La Plata d'ouest à est, et qui se dévèrsent dans le Rio de La Plata. Une eau sale qui a laissé des traces.

MOG0459836.jpg
MOG0459840.jpg

Tolosa a été un des quartier le plus affecté; les eaux sont entrées dans les maisons en emportant tout sur les passage. Selon un rapport préliminaire de la mairie de La Plata, 58.500 propriétés ont été affectes par la pluie.

MOG0459840.jpg
MOG0459852.jpg

Angela Baronio, 82 ans, résidente du quartier Tolosa, au nor-est de la ville de La Plata.

MOG0459852.jpg
PON0461498.jpg

Edith dans le patio de sa maison sur les bords de la rivière " El Gato" avec les peluches récupérées de l'inondation.

PON0461498.jpg
PON0461497.jpg

Pablo Pinthos vit à City Bell, un autre quartier de La Plata. il travaille sur un chantier dans le quartier de Tolosa, fortement affecté par l'inondation. Il a trouvé ce tableau de Jesus qui flottait dans la rue.

PON0461497.jpg
PON0461471.jpg

Romina Calderón montre les marques que l'eau a laissé sur les murs de sa chambre une semaine après l'inondation. Quartier de Tolosa.

PON0461471.jpg
MOG0459853.jpg

Les entreprises chargées de collecter les dechets ont confirmé que, au lieu des 800 tonnes qu'ils collectent régulièrement, après l'inondation, ils ont collecté plus de 4.000 tonnes d'ordure.

MOG0459853.jpg
PON0461508.jpg

Cinthia Vodenicharoff est notaire. La nuit de l'inondation elle a tenté de sauver les actes des maisons de ces client d'abords. Puis elle s'est couchée avec son maris et sa fille dans le lit du couple.... "> (+)

PON0461508.jpg
MOG0459858.jpg

Le mur latéral d'une école privée s'est abbatu à cause de la pression de l'eau.

MOG0459858.jpg
mog0459845.jpg

Susana Castañera, 55 ans, résidente du quartier Tolosa.

mog0459845.jpg
PON0461496.jpg

La solidarité est arrivé de toutes parts. En plus d'aliments, de vêtements et de matelas; les sinistrés ont demandé à recevoir des produits nettoyants tel qu'eau de javel, savon et serpillère pour enlever rapidements les marques du désastres et se protéger des infections.

PON0461496.jpg
MOG0459856.jpg

Pamela Olmedo, 21 ans, résidente du quartier Ringuelet.

MOG0459856.jpg
MOG0459847.jpg

Quand les eaux se sont retirés, elles ont laissé des traces indélébiles.

MOG0459847.jpg
PON0461499.jpg

Santiago Barrera travaille au CEAMSE. L'inondation a détruit toutes les installations de son poste de travail sur les berges su fleuve el Gato.

PON0461499.jpg