sujets d'actualités

Face à face avec le dictateur Videla

Le 24 mars 2006, 30 ans après le coup d’Etat, l’organisation HIJOS, qui regroupe les enfants des victimes de la dictature, réalise un nouveau «escrache». Son objectif est l’ancien dictateur en personne, Jorge Rafael Videla, responsable de la disparition de 30 000 personnes, qui bénéficie de la prison à domicile. Le génocidaire vit au cinquième étage, de sorte qu’une grue a été nécessaire afin de marquer son domicile de peinture rouge et ainsi signaler sa présence au voisinage.

PON0424210.jpg

Une manifestante déguisée en Videla fait mine de ne pas écouter les chants des manifestants qui l'insultent lors d'un «escraches» ( actions populaires contre les tortionnaires de la dictature militaire). Cette action à lieu au domicile de l’ancien dictateur Rafael Videla.

PON0424210.jpg
PON0424208.jpg

Nora Cortiñas, membre des Mère de la Place de Mai - Linea Fundadora.

PON0424208.jpg
PON0424209.jpg

Un couple durant le escrache.

PON0424209.jpg
PON0424211.jpg

«HIJOS» (acronyme de Hijos por la Identidad y la Justicia contra el Olvido y el Silencio) est le groupe politique qui réunit les enfants de disparus durant la dernière dictature militaire (1976-1983). Ils sont aujourd’hui adultes et ont, à leur tour, des enfants.... (+)

PON0424211.jpg
PON0424205.jpg

Les manifestants passent plusieurs jours dans le quartier où va se dérouler le escrache. Ils distribuent des volants qui informent sur les activités du tortionnaire ciblé et les raisons pour lesquelles ils manifestent.

PON0424205.jpg
PON0424212.jpg

La police attend en nombre la manifestation avec des clôtures. Les manifestants assurent leur propre sécurité car les provocations policières sont courantes.

PON0424212.jpg
PON0424206.jpg

Les manifestants ont utilisé une grue pour arriver jusqu'à l’étage de l'appartement de Videla, depuis lequel ils ont déployé une grande affiche avec les visages des disparus.

PON0424206.jpg
PON0424207.jpg

La peinture rouge et noire restera plusieurs jours pour signaler l'endroit où Jorge Rafael Videla est «détenu», non pas dans une prison, mais à son domicile.

PON0424207.jpg